Vu ailleurs : Qu’est-ce que l’éducation populaire ?

Par Adeline (AL Paris nord-est) Le principe de l’éducation populaire, c’est de promouvoir, en dehors du système d’enseignement traditionnel, une éducation visant le progrès social. Elle a pour concepts-piliers l’émancipation ; la conscientisation ; le développement du pouvoir d’agir et la transformation sociale. Elle associe les axes personnel, collectif et politique. S’écartant de la victimisation et d’un […]

via Théorie : Qu’est-ce que l’éducation populaire, au juste ? — Collectif Alternative Libertaire Bruxelles

[Ctrl][Alt]+

[Ctrl][Alt]+

[Ctrl][Alt]+ Mémoire écrit par David Coat, sous la direction de Yann Toma. “Le Contrôle et ses alternatives” – Les arcanes de la science-fiction : point d’entrée dans un monde nouveau, observation, réflexion, bidouillage de la société moderne et émergence d’une pensée-changement. Université Paris-Sorbonne UFR 4 : Art et science de l’art – Master 2 AIV (2015 / 2016)

Image : Virtual City par PIRO4D – CC0 Public Domain

Pour ou contre l’extension de L’esplanade… ce qui compte vraiment c’est le débat !

Pour ou contre l’extension de L’esplanade… ce qui compte vraiment c’est le débat !

Au-delà des avis partagés, le projet d’extension de L’esplanade à OLLN aura au moins permis aux citoyens de discuter entre eux.

En effet, depuis plusieurs semaines, la consultation populaire est au coeur des discussions dont je suis témoin (ou auxquelles je participe) dans la rue, au travail, entre voisin… Parfois ces discussions virent à l’affrontement, mais le plus souvent les gens entendent et comprennent l’avis des autres même s’ils n’y adhèrent pas nécessairement.

Titulaire d’un diplôme universitaire ou non, travailleurs ou sans emplois, ces débats et discussions touchent de nombreuses catégories socio-économiques. Cela montre, pour moi que, lorsqu’une question les concernent directement, les citoyens sont prêts à s’impliquer (contrairement au dossier du TTiP et du CETA qui avait échouer à intéresser le citoyen lambda).

Même s’il reste sans doute beaucoup de travail pour amener à une implication massive, c’est plutôt encourageant pour ceux (société civile ou élus) qui voudraient favoriser une plus grande participation des citoyens dans les dossiers communaux.

Il est toutefois dommage que tant d’énergie ait été perdue dans des tensions inutiles et en disputes stériles via les médias et les réseaux sociaux par les différentes parties impliquées dans l’organisation de la consultation, alors qu’elle aurait plutôt dû être investie dans l’organisation de débats publics, à l’image de ce qu’ont fait les étudiants de l’AGL avec le panel citoyen du 1er mai.

Image : “Hand to hand debate” by Matthew G on Flickr – Creative Commons Attribution 2.0